Comprendre les hémorroïdes

Les hémorroïdes constituent le réseau de vaisseaux naturellement présent au niveau du rectum. Ce réseau se divise en une partie externe sur le bord de l’anus, et une partie interne jouant un rôle dans la continence de l’anus. La dilatation ou l’inflammation de ce réseau constitue la pathologie hémorroïdaire. La crise hémorroïdaire se manifeste par des douleurs anales, des sensations de chaleur et de pesanteur au niveau de l’anus. Des pertes de sang rouge surviennent dans ou après les selles. Parfois, les hémorroïdes internes s’extériorisent et forment un prolapsus. Il peut survenir après une selle ou lors d’un effort, ou être permanent, occasionnant une gêne, des suintements, des brûlures anales et un prurit.

Des conseils simples pour éviter les hémorroïdes

  • Surveiller son alimentation : privilégier les fibres pour lutter contre la constipation.
  • Eviter les plats épicés, l’alcool, le tabac, le café.
  • Pratiquer une activité physique.
  • Eviter la sédentarité et la station assise prolongée.
  • Contrôler son poids.
  • En cas de constipation, pour limiter les efforts de poussées, utiliser des laxatifs non irritants de préférence (éviter les lavements et les suppositoires).
  • Prévenir une insuffisance veineuse.

Des solutions pour traiter les hémorroïdes

Le traitement de la crise hémorroïdaire nécessite l’emploi de veinotoniques par voie orale. Ils permettent d’améliorer la tonicité des vaisseaux du réseau hémorroïdaire. En début de traitement, leur posologie peut être augmentée, comme une dose d’attaque, sur une semaine avant de repasser à une dose d’entretien sur un minimum de 15 jours.

Un traitement local, à base de suppositoires et de pommade, peut être associé. La pommade permet aussi d’enrober le suppositoire afin de favoriser sa mise en place. Un traitement local contenant un anesthésique ou un anti-inflammatoire ne doit pas être utilisé de manière prolongée.

La femme enceinte est plus disposée à souffrir de troubles hémorroïdaires. Les traitements homéopathiques sont tout à fait appropriés et efficaces dans ce cas.

Parfois, des antalgiques oraux peuvent être nécessaires lorsque les douleurs sont importantes.

Hémorroïdes, quand consulter ?

Afin d’éliminer d’autres pathologies, telles que fissure anale, herpès, condylome, suppuration, cancer, une consultation médicale est nécessaire si :

  • Les troubles ne s’améliorent pas au bout de quelques jours.
  • Les crises hémorroïdaires récidivent.
  • Douleur vive, brutale et continue avec une tuméfaction bleuâtre inflammatoire (signe de thrombose pouvant évoluer soit vers une résorption lente, soit vers une nécrose).
  • Les saignements sont importants et répétés.
  • Les selles sont très noires.
  • La douleur intense est accompagnée de fièvre.
  • La douleur empêche d’aller à la selle depuis plus de 48 heures.
  • Les symptômes sont difficiles à supporter au quotidien.

Parfois, seule une intervention chirurgicale permet de traiter les prolapsus hémorroïdaires.

Le + du pharmacien

  • En cas d’hémorroïdes, utilisez un savon ou un pain dermatologique surgras non parfumé matin et soir. Au cours de la journée, n’hésitez pas à employer des lingettes nettoyantes spécifiques.
Annuaire des services de santé